ZERO ZEN

Il faut se vider la tête régulièrement

par Francis Pisani.

Voici une suite rêvée (et anticipée soyons sérieux) au masochisme fataliste de mon précédent billet: car enfin  je l’ai trouvé mon Eldorado! L’image « nulle » et rédemptrice qui « vide la tête régulièrement » (merci monsieur Pisani pour cette philosophie Destop)

Grâce à la programmation du Centre Pompidou qui propose mercredi prochain, le 29 septembre, une sélection de film autour de ZEN for FILM de Nam June Paik: « A mi-chemin entre l’event et le jardin zen, ce film-dispositif est constitué d’une amorce vierge projetée en boucle, accumulant peu à peu poussières et rayures. » Simplicité absolue, image ultime qui se nourrit de sa propre action.
C’est aussi le même processus et la même radicalité qui est à l’œuvre dans le singulier dessin de Arnaud Vasseux, Le tracé des lettres n’apparaissant que sous l’effet de la projection de peinture depuis le bord extérieur de la feuille, suivant la surface du plan. Une opération optique et minimale qui révèle un singulier Z.E.R.O.

Zen.

Leave a Reply